Quelles pistes pour supprimer les déchets d’emballage dans votre chaîne d’approvisionnement?

Quelles pistes pour supprimer les déchets d’emballage dans votre chaîne d’approvisionnement?

November 03, 2021

Quelles pistes pour supprimer les déchets d’emballage dans votre chaîne d’approvisionnement?

Un des grands fléaux de cette décennie ? Les déchets d’emballage ! Cela s’explique principalement par leur prolifération et par leur usage unique.

 

174 kg de déchets d’emballage par européen

Les chiffres laissent sans voix. En 2018, selon Eurostat, l’Europe a produit 170 millions de tonnes de déchets d’emballage, soit l’équivalent de 174 kg par européen. Dans ces 170 millions de tonnes, près de 40 % sont en carton et papier, 20 % en plastique, 20 % en verre et 20 % en bois. Résultat ? En raison de la mauvaise performance des systèmes de gestion des déchets et des ordures ménagères à l’échelle mondiale, l’essentiel des emballages en plastique mis en décharge atterrissent… dans la nature. C’est comme cela que 8 millions de tonnes de plastique sont littéralement déversées dans l’océan chaque année. Une menace pour la faune, une altération des écosystèmes et un risque pour la santé humaine.   

Les emballages secondaires et tertiaires (utilisés dans la supply chain) posent eux aussi un problème croissant. Palettes à usage unique, boîtes en carton jetables ou encore films plastiques : ils génèrent un niveau élevé de déchets, de gaz à effet de serre et de consommation d'énergies fossiles. Ce qui contribue largement à alourdir les défis environnementaux. L’effort de recyclage nécessaire est immense et impliquerait aussi des millions de tonnes de CO² et, surtout pour le recyclage du carton, plein de l’eau – aggravant une situation climatique déjà instable.

 

Une révolution totale s’impose

L'élimination des déchets représente à la fois un impératif en termes de réputation et une opportunité commerciale pour les fabricants et les détaillants. Qu’adviendra-t-il des entreprises incapables de gérer leurs déchets ? Elles seront pénalisées. Leurs opérations seront de moins en moins durables. Ce qui poussera d'autres sociétés à décider de ne pas ou de ne plus travailler avec elles à cause de l’impact sur leur chaîne d’approvisionnement, et sur leurs objectifs et leurs valeurs en matière de développement durable.

Nous ne devons donc pas être surpris que la société et la planète imposent une révolution totale de l’emballage.

L’échelle de Lansink, un modèle de référence

Petit retour en arrière. En 1979, Ad Lansink, un homme politique néerlandais a créé et présenté l'échelle éponyme. Encore aujourd'hui, il est considéré comme le père de la hiérarchie des déchets. Aujourd'hui, les termes "recyclage", "réduction" et "réutilisation" font partie de notre vocabulaire quotidien. Mais tenons-nous toujours compte du concept de hiérarchie du traitement des déchets ?

Une utilisation appropriée de la hiérarchie entraîne des effets positifs : moins d’émissions de gaz à effet de serre, moins de pollution, des économies d'énergie, la préservation des ressources, la création d’emplois et la stimulation du développement de technologies vertes. Autant de raisons qui expliquent pourquoi la hiérarchie des déchets est devenue une référence fiable dans différentes industries. 

Mais quelle est la meilleure option selon cette hiérarchie des déchets ?

Concentrons-nous sur les deux étapes principales : réduire et réutiliser.

L’échelle de Lansink, un modèle de référence
 

La réduction des déchets, une première étape à la portée de tous

Éviter les déchets à la source - ou les éliminer avant leur création - est la méthode la plus évidente et la plus efficace pour minimiser l’impact d'un système sur l'environnement. De nombreuses sociétés se préoccupent de la quantité d'emballages utilisés pour transporter leurs produits et elles essaient d'éviter les marchandises qu'elles considèrent ‘sur-emballées’.

Supprimer les emballages supplémentaires comme le blister ou le film rétractable. Ou même repenser un produit en vue de réduire quantitativement le poids de l'emballage utilisé, par exemple, en concentrant le produit (en le déshydratant pour réduire le volume d'eau et donc la taille de l'emballage principal nécessaire). Voilà déjà quelques alternatives du côté de la réduction des déchets.

Vous n’avez pas la possibilité de réduire vos déchets car cela compromettrait la fonctionnalité et le besoin d'emballage ? Vous pouvez envisager la seconde option : la réutilisation.

Waste in Stores
 

La réutilisation des emballages, la meilleure alternative

Un emballage réutilisable est utilisé plusieurs fois. Ce type d’emballage sert souvent à déplacer, stocker et distribuer des produits dans toute la chaîne d’approvisionnement, améliorant l'acheminement des produits de manière écologique. Il est conçu pour durer, il est facile à utiliser, à nettoyer, à réparer et est idéalement pliable ou emboîtable.

Selon la Reusable Packaging Association (RPA, association pour l’emballage réutilisable), grâce aux emballages réutilisables, le besoin de recycler ou de produire de nouveaux emballages à usage unique n’a plus de raison d’être. Cela permet de réduire les émissions de CO2 (gaz à effet de serre) jusqu’à 60 %. De par sa longue durée de vie, un seul emballage réutilisable permet d'éviter de déposer des centaines d’emballages en décharge, réduisant ainsi les déchets solides jusqu'à 86 %. Et ce n’est pas tout. L'énergie utilisée pour produire des emballages réutilisables est jusqu'à 64 % inférieure à celle requise pour produire et recycler les éléments d’emballage à usage unique.

Reuse
 

Pensez aussi à la logistique inverse, créatrice de la valeur

La réutilisation implique de mettre en place une logistique inverse. Il s'agit de l’ensemble des activités nécessaires pour récupérer un produit utilisé par un client pour l'éliminer ou le réutiliser.

La logistique inverse crée de la valeur. Pourquoi ? Car elle transforme les déchets en ventes. Et elle renforce ainsi la confiance du client. Les entreprises revendent, réutilisent et recyclent les produits retournés. Une logistique inverse efficace limite les coûts de stockage et de distribution, et peut réduire l’impact environnemental, social et économique de la société. e-En même temps, cette méthode permet d’augmenter la rentabilité d'une société ainsi que l'utilisation de ses actifs.

Réduire et réutiliser les emballages, mais aussi intégrer des matériaux revalorisés et dégradables, c’est la voie de l'avenir si nous voulons optimiser notre impact.

 

Concrètement, quels avantages pour votre entreprise ?

Vous pouvez par exemple étudier les avantages prévus ou attendus avec un outil d'analyse du cycle de vie. Un LCA (Analyse de Cycle de Vie) considère l’ensemble du cycle de vie d'un produit, de l'extraction et du traitement des matières premières à la fabrication et la distribution, en passant par l’utilisation finale et l’élimination, ou le recyclage. Cette technique permet de mieux comprendre les relations entre la consommation des ressources, l'utilisation de l'énergie, les déchets et les défis environnementaux plus larges comme le changement climatique. Grâce au LCA, vous pouvez apprendre à réduire l'impact environnemental d'un produit et faire des choix plus durables.

Évidemment, ce n'est pas simple. Mais en procédant par étapes dans le cadre d'un plan de refonte stratégique du processus d’emballage, c’est possible. La Fondation Ellen MacArthur a rédigé un guide très intéressant sur l'innovation en amont, qui inclut de nombreuses options disponibles aujourd’hui pour commencer à avoir un impact sur différents types d'emballage. (https://plastics.ellenmacarthurfoundation.org/upstream). Reconnue sur le plan international, la Fondation Ellen MacArthur (EMF) promeut le concept d’économie circulaire qui consiste à concevoir des méthodes destinées à « réduire les déchets et la pollution, maintenir les produits et le matériel en état d’utilisation et régénérer les systèmes naturels ». 

Les modèles économiques basés sur la réutilisation ou la location de biens et de services aideront à se défaire des schémas de consommation de produits à usage unique ou limité.

Mais le plastique, pratiquement indestructible, prend jusqu’à 500 ans pour disparaître complètement de notre écosystème.

Reverse Logistics
 

Les entreprises qui utilisent des emballages en plastique peuvent-elles passer à un modèle de réutilisation ?

plastic packaging

Oui.

Mais pour que cela fonctionne, les entreprises doivent trouver comment réutiliser les produits dont elles disposent et comment recycler les produits devenus inutilisables. Comme Nike qui utilise par exemple des chaussures usées pour fabriquer des terrains de basket et des pistes d'athlétisme dans le cadre de son projet Grind.

Parfois, la meilleure méthode pour réduire le plastique est de repenser entièrement la manière dont une entreprise conçoit et emballe ses produits. En réduisant la quantité de matière dans un produit, même de quelques grammes, cela peut faire toute la différence à l’échelle d’une gamme de produits. Unilever a réduit le poids de ses emballages de plus de 20 % au cours de la dernière décennie. Comment ? Elle a mis au point des conceptions améliorées et plus légères. Les clients d’Unilever peuvent maintenant conserver leur flacon de spray nettoyant et le réutiliser à vie. Leurs packs de recharge concentrés par dix utilisent 75 % de plastique en moins et se fixent aux flacons actuels.

Une marque comme McDonalds élimine progressivement les emballages en plastique de ses repas, crèmes glacées et boissons, pour les remplacer par du carton ou du papier. Le projet à venir ? Remplacer le plastique de polystyrène non recyclé du couvercle McFlurry® par un couvercle en polyéthylène recyclable composé de 40 % de matière recyclée. Les supermarchés ont également reconnu l’importance de réduire le plastique : la vente de sacs réutilisables encourage la réutilisation et permet de réduire l’utilisation de plastique de leur « propre marque ». Début 2020, Tesco est devenu le premier détaillant du Royaume-Uni à supprimer les emballages multiples en plastique de ses magasins et à vendre des canettes non emballées au même prix. Cette évolution économise 67 millions d'articles en plastique annuellement.

Les sociétés telles que Coca-Cola, Nestlé et Asda se sont également engagées à réduire leur utilisation du plastique, promettant que 100 % des emballages en plastique seraient réutilisés, recyclés ou compostés dans les sept ans.

 

Quel est l’élément le plus important pour passer à une véritable économie circulaire ?

La réduction des déchets dans la supply chain est bénéfique pour tous. Elle encourage l’utilisation plus efficace des ressources et la conception de produits et services répondant aux objectifs de durabilité. Mais un mouvement en faveur d’une économie circulaire plus durable va impliquer de nouvelles façons de penser et de nouveaux comportements. Plus important encore, cela va demander de la part de chacun d’entre nous, des gouvernements aux détaillants, des fabricants aux consommateurs, de travailler ensemble et de collaborer afin de concrétiser le changement.

Annick Van Put - Senior Manager, Innovation & Solutions d’emballage Zéro Déchet

Annick Van Put European Customer Solutions Manager

Après avoir passé 24 ans chez P&G au sein des services R&D Packaging, et Strategic Innovation & Category Programme Management, Annick a rejoint CHEP en 2017 et a contribué à l’extension du Last Mile Solution Product Portfolio. Elle fait maintenant partie de l'équipe mondiale Zéro Déchet, animant des co-innovations et des collaborations en packaging avec des acteurs majeurs de la chaîne d’approvisionnement, et co-concevant les solutions de demain pour une chaîne d’approvisionnement sans déchets.

Annick est titulaire d'un doctorat en Chimie auprès de la prestigieuse université A&M du Texas et de l’université d’Anvers.

Retrouvez tous nos produits

Veuillez remplir le formulaire ci-dessous

  • Ce champ est obligatoire
  • Your entry is not of the correct length
  • Your entry should not contain any URLS
  • Ce champ est obligatoire
  • Your entry is not of the correct length
  • Your entry should not contain any URLS
  • Ce champ est obligatoire
  • Your entry is not of the correct length
  • Your entry should not contain any URLS
  • Ce champ est obligatoire
  • Your entry is not of the correct length
  • Your entry should not contain any URLS
  • Ce champ est obligatoire
  • Ce champ est obligatoire

By submitting the form I accept CHEP data management according to CHEP privacy policy

Si votre téléchargement ne commence pas sous peu, cliquez ici

Sélectionner la langue

Belgium
OK

Pas votre pays ou votre langue ?

Changer le pays

Quelles pistes pour supprimer les déchets d’emballage dans votre chaîne d’approvisionnement? | CHEP